Le parcours biographique de Toupatou

L’artiste est né un premier octobre, à Cherette, 7e section de Saint Louis du Sud, dans l’arrondissement d’Aquin en Ayiti. Tout jeune il s’initie à la musique en formant des chorales d’enfants dans les Églises où militait son père Déus Clerveaux comme pasteur pentecôtiste.

Entre 1990 et 1994, Il a pris des cours de guitare avec Boulos Valcourt et Rodrigue Toussaint, deux des plus grands noms de la musique haïtienne et d’autres ateliers avec beaucoup d’autres guitaristes et musiciens. Il participait pendant cette période à des activités sociales et culturelles de plusieurs sections communales de son quartier et fréquente dès son jeune âge des musiciens de renoms de la scène musicale haïtienne. Il a commençait à intégrer la scène musicale haïtienne à Léogâne comme guitariste et choriste avec les Artistes et groupes les plus populaires de cet endroit, où il a vécu son adolescence avec ses parents qui militaient comme dirigeant de l’église de Dieu de Carre four vert. C’est aussi à léogâne qu’il a terminé ses études primaires qu’il a débuté à Vieux Bourg d’Aquin, le quartier de naissance de sa mère Ramène Biassou. Il a fait ses Études secondaires à Saint Louis du sud, Léogâne, Aquin, Carre four et Port Au Prince.

toupatou

Il est refoulé à Vieux Bourg d’Aquin en 1992, par son père qui ne voulait pas qu’il participe dans des activités non évangélique. Pourtant, c’est à Vieux Bourg d’Aquin qu’il débute sa carrière artistique professionnelle solo en 1992. Il y a mis sur pieds avec Paul Motheler le groupe Explosion et donna son premier spectacle accompagné du groupe explosiondans une salle pleine à craquer. Depuis lors, il est considéré comme la star incontestée de ce quartier. Apprécié quasiment de tous, ses chansons tubes comme : Trahison, dechire, ou la doudou sont chantées et appréciées par beaucoup de gens. Son groupe explosion a connu beaucoup de succès parce qu’il était sollicité aussi dans la capitale et dans d’autres quartiers du pays pour des spectacles avec d’autres groupes et Artistes nationaux.

Il entre Au Canada en février 1994 dans la province du Québec, la ville de Montréal, où il termine ses études Secondaire au centre Gabrielle Roy. En 1998, il termine un diplôme en Science humaine au collège de Rosemont de Montréal, et en 2003, une attestation de deux ans d’Études de droit civil à l’Université d’Ottawa, tout en poursuivant sa carrière artistique. Le charmeur engagé, comme ses fans le surnommaient à l’époque, à cause de sa manière de charmer les fans lorsqu’il est sur scène, a raflé le premier de Cégep en spectacle, un concours de musique inter-collégiaux, en 1996, et le deuxième prix en 1998. Il a obtenu également le premier prix du concours de musique variété organisé par les jeunes entrepreneurs de Montréal à la salle Pierre Pelardeau et beaucoup d’autres distinctions dans sa communauté. Son talent lui a valu le titre de bête de scène, parce qu’il ne laisse personne indifférent quand il est sur scène. Il sait comment charmer le public et le faire embarquer comme s’il connaissait déjà ses chansons. Parallèlement à ses études, chavanou, prend des cours de musique et de chant au conservatoire de musique moderne de Montréal, des ateliers d’histoire sur ses descendants et d’autres ethnies, en vue d’avoir une meilleur compréhension de l’être humain et les différentes croyances et les particularités des systèmes de chaque société.

En 1995, Il écrit la chanson thème du long métrage  »Des mots pour le dire » un long métrage valorisant la langue française produit et réalisé par la Commission scolaire de Montréal. Mèt Toupatou lance son premier album solo à Montréal en 1996, intitulé L’homme neuf et connaît un grand succès dans sa communauté avec la chanson trahison, dechire et Ayiti cheri. Sa chanson n’oublie jamais avec laquelle il a gagné le premier prix de cégep en spectacle, lui a permis de participer dans plusieurs spectacles à dans plusieurs endroits du Québec où il rencontre des artistes connu du milieu comme Luck Mervil, Anthony Cavanah, Danie Bédar et d’autres.

Il lance en 1998 son deuxième album intitulé  »Fanm yo bèl chante pou yo », avec les productions Nèg lakay et acquiert une très grande notoriété dans sa communauté et dans la communauté Québécoise parce qu’il est souvent sollicité comme artiste à la fête des patriotes pour interpréter sa chanson  »Québec je me souviens qui est applaudit par beaucoup de Québécois, en l’occurrence Bernard Landry et Pauline Marois, deux premiers ministres du Québec. C’est un artiste polyvalent qui peut plaire à N’importe quel public de tout âge, avec sa guitare, ou sa guitare accompagné de percussions, ou avec un orchestre. Sa polyvalence et son implication communautaire au Canada, en Ayiti et Aux États Unis, lui concède finalement le nom de Mèt Toupatou voulant dire qu’il s’implique partout en même temps et essaie de plaire tout le monde quel que soit son âge. Il fait des tours de chant pour des enfants, des adultes et des personnes âgées. Chante en créole, français, espagnole et en anglais dans n’importe quel style de musique.

toupatou-image

Il a mis sur pieds à Montréal l’organisme Vive la relève et fonde le festival Vive la Relève, un festival annuel offrant un podium aux jeunes artistes dépourvu d’encadrement, en invitant des producteurs et réalisateurs connus du milieu. Il est parti en Ayiti en mars 2010 où il a passé trois ans en travaillant bénévolement en octroyant l’encadrement nécessaire aux victimes du tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui a fait plus de 5000 000 morts et des milliers de blessés et d’handicapés. Il a mis sur pieds à Carre four vert à Léogâne une académie populaire sous le nom de sant afro ayisyen donnant des séminaires aux jeunes dans tous les domaines et l’encadrement psychologique et moral les aidant à passer à travers cette dure épreuve. Un an et demi après, il déménage l’académie à Vieux Bourg d’Aquin sa région natale afin d’investir ses connaissances et son talent dans la population pendant un an et demi. Il y a fondé l’organisme Eskwad Ayiti 1804 avec un projet titré Grad Minimòm visant à former des jeunes agents communautaire pour prendre en main leur ville, quartier ou section communale.

C’est un artiste très modeste, aimant de la nature et les aventures naturelles, les relations humaines. Au dire de l’artiste tout a un cheminement raisonnable, le fruit du hasard n’est tributaire de personne. Il déteste les abus et injustice qu’il dénonce de toutes ses forces par sa musique ou d’autres mouvements populaires. C’est aussi un grand militant et un activiste radical quand il s’agit de défendre son pays et son identité. Parce qu’il croit que la beauté de la vie réside dans la différence des ethnies, mœurs et cultures de chaque société.

Pour contact ou informations

438 3461446

chavanou@gmail.com

https://www.facebook.com

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s